Nouvel article dans la Provence

Publié le par +A.S

 

Quelle affaire !

Alors que notre démarche pour nos soeurs anciennes nous semble "normale" et ne mérite pas l'intérêt d'un journal, il semble que pour un journaliste ce n'est pas pareil !

 

Nous avons eu l'occasion d'en parler ici mais quelques précisions ne seront pas superflues

 

Début octobre 2008 nous prêtions un tableau au Musée International des Parfums, à Grasse, ne connaissant pas le monastère et Christine, notre contact ayant la possibilité de nous en faire visiter une partie, nous avons apporté le tableau sur place pour aussi découvrir le monastère. Au cours de la visite Christine nous dit qu'ayant travaillé en ce lieu un peu après le départ des religieuses, elle se souvenait qu'il restait deux tombes, ultérieurement il avait été procédé à une réduction des corps et le reliquaire avait été placé au pied d'une croix près du mur  du cimetière. Nous avions pu voir l'endroit et nous y recueillir

Ici, à Sorgues, aucune de nous trois ne savait qu'il restait deux corps au monastère de Grasse ! Le constat était facile à faire :  27 Ans après la fermeture du monastère il restait des personnes connaissant ce fait, mais dans 10 ans ? ...

Pour éviter toute profanation dans l'avenir, il nous semblait important que ces deux soeurs rejoignent notre caveau.

Cette démarche a créé une situation un peu étrange, sur Grasse car le service juridique à qui la demande avait été transmise ne savait pas où étaient les corps... le tout a  intéressé un journaliste local qui en a fait un article dans Nice Matin  au mois d'aout ! Un nouvel article a été fait au moment de la mise dans un nouveau reliquaire en vu du transport vers Avignon, soit le 13 novembre.

 

Ce ne fut pas terminé puisqu'il informait un collègue de La Provence de notre démarche ici à savoir le transfert de toutes nos soeurs vers St Véran ( cf les articles précédents à ce sujet) . Samedi 27 ce dernier nous appelait dans le but de faire lui aussi un article sur notre démarche !

C'est ainsi que mercredi dernier, 1er décembre après avoir récupéré la photo que M Conti avait faite chez nous en septembre, un nouvel article était édité (cliquer pour voir l'article)

 

L'erreur que je soulignerais est que nous n'allons pas faire écrire sur une plaque les noms de toutes les religieuses ( + de 150 transférées et autant qui étaient  déjà sur place à st Véran) , mais une plaque indiquant que les communauté de la Visitation d'Avignon-Sorgues et de Grasse sont réunies en ce lieu, avec le blason de l'Ordre.

Bien sûr toute cette démarche représente un coût financier énorme ! ce n'est pas pour rien que nous avons organisé des vides grenier; mais nos soeurs méritaient cette attention et ce soin, parce que ce sont nos soeurs, parce qu'elles ont donné leur vie pour l'amour du Christ et de l'Ordre de la Visitation où elles étaient appelées, parce qu'aujourd'hui encore elles continuent à nous apporter leur aide précieuse. Nous pouvons témoigner, combien la communion des saints est une réalité lorsque nous pensons à tout ce qu'elles font pour nous aujourd'hui.

Publié dans Divers

Commenter cet article

+ A.S 08/12/2010 20:19



@ Véronique : merci d'avoir signalé que les liens ne fonctionnaient pas tous, je pense avoir fait la correction nécessaire.



veronique Dubois 08/12/2010 18:41



bravo de continuer ce travail d'information et d'archiviste.


Parmi les soeurs de Grasse il y a aussi eu à ma connaissance des soeurs de NIce qui a fermé une dizaine d'année avant Grasse (par exememple soeur Marie de Sales Chapuis qui était tourière à Nice
je crois, et de même je crois des soeurs de Marseille parmi les soeurs d'AVIGNON_sorgues. Ainsi se retrouvent à saint Véran un concentré de toutes les visitaqtion du sud et de la provence.Ce
n'est pas rien.Celà mérite l'effort de signaler de manière honorable leur existence.


Merci ma soeur de ce que vous faites.


NB: les liens pour les articles de presse ne fonctionnent pas apparemment.


Véronique Dubois (ex soeur Marie-Véronique de Sorgues) 



+A.S 08/12/2010 20:13



Soeur Marie de Sales Garcin était effectivement professe de Nice puis incorporée à Grasse et  était venue ici; elle était externe, nous l'avons connues. A l'occasion de son jubilé de
diamant, le 29 janvier 1992 Monsieur Jean Garcin, son cousin et Président du Conseil Gérénal de Vaucluse était venu à la fête en communauté !



ariane 08/12/2010 16:22



bonjour ma soeur,


en ces temps si incertains, c'est bien que la presse même locale, donne la place à des évènements tels que celui-ci. Bien sûr la spiritualité n'est plus à la mode, mais la mode, ça se démode ;-)
Je vous souhaite le meilleur